Bienvenue sur le site de l’ICSMP !

L’Institut Collégial de Santé Mentale en Picardie est une association pluridisciplinaire qui vise à regrouper tous ceux qui s’intéressent à la santé mentale. Sa première vocation est d’organiser des confrontations d’expériences, de recherches ou simplement de vécus de personnes touchées de près ou de loin par la santé mentale. A cette fin l’Institut organise des conférences, des journées d’études, des formations….

Bonne visite

Prochaine séance en ZOOM

le mardi 20 avril 2021 à 20H30

« Médiations thérapeutiques :
Comment médiatiser l’irrémédiable ? »

Par le professeur Silke Schauder avec Sonia Winter et L. & L.

Voir modalités d’inscription ci dessous afin de recevoir le lien Zoom.

 

Après l’attentat du Bataclan.

Autour de la projection du film réalisé par Sonia Winter avec deux victimes de l’attentat terroriste du Bataclan, nous analyserons comment la re-narcissisation, l’émergence d’un récit, le travail de décentrement, puis la construction et reconstruction symbolique vont s’opérer après la déflagration traumatique subie par ces deux jeunes femmes.

Nous visionnerons, en présence de Sonia Winter et, sous réserve, de ses deux patientes, le film thérapeutique qu’elles ont réalisées ensemble : https://www.soniawinter.fr/disorder/

Présentation par Silke Schauder de la praxis de la médiation thérapeutique

Dans ma réflexion et ma praxis du médiateur,j’ analyse comment les processus de création favorisent les processus psychiques au sein desquels un rôle central revient à l’image et ses capacités de symbolisation et de métaphorisation. Notamment l’objet film et sa sémiologie, son analyse de son vocabulaire et de ses techniques confortent l’analogie avec les processus psychiques où « couper » et « assembler » peuvent représenter le travail de la psyché. En effet, l’isomorphie est frappante entre la découpe temporelle, les processus de création filmique et la fonction de liaison psychique : ainsi, l’écriture du scénario, la prise de vue, le visionnage des rushes, le montage permettent d’opérer une mise en cohérence, une mise en sens du chaos interne du sujet, avec pour finalité d’assurer un nouveau travail de liaison psychique entre ses représentations. C’est comme si le dispositif filmique était analogue au travail psychique de la mère qui présente le monde au bébé en des parties portionnables, assimilables et nouvellement articulées. D’après Bion, la mère est chargée de traduire les éprouvés bruts du bébé, de transformer ses éléments beta en alpha :c’est lamère traductrice qui rend réintégrables les éprouvés bruts du bébé et, par analogie, ceux du patient, en les détoxifiant. Le montage et la mise en forme du film seront-il à même de remplir cette fonction ?

A propos de la réalisation de ce film

Il s’agit ici d’une esthétique mise au service d’une éthique et, partant, de la prise en soin post-traumatique, d’une praxis située, incarnée,vécue. Processus de création et processus de guérison, les deux allant de pair. Si Lacan a pu employer le terme « fraternité discrète » pour qualifier l’attitude du thérapeute, on sent dans l’étude de cas que présente Sonia Winter, une belle « sororité » envers ces deux jeunes femmes qu’elle a accompagnées dans le cadre de l’association 13or de vie, créée à la suite de l’attentat du Bataclan le 13 novembre 2015.

 

Comment leur dissociation post-traumatique a-t-elle pu être transcendée par le geste artistique ? Comment la dualité psychique réparatrice se déploie-t-elle dans ce projet filmique commun ? Nous retiendrons que le lien ne réside pas dans le média lui-même, mais dans les regards portés, dans la qualité du lien affectif que l’art-thérapeute Sonia Winter a pu nouer avec L et L. Ainsi, la création de ce film thérapeutique a permis de réunir, en les assemblant nouvellement, des éléments d’une proto-histoire, éclatée, éparse, en une histoire pensable, figurable, racontable. C’est entre autre la qualité du parcours artistique des trois, la sincérité avec laquelle elles restituent leur « faire œuvre » tant artistique que thérapeutique qui y a participé.

Pour s’inscrire  envoyer un mail à : contact@icsmp.fr

Nous vous enverrons un mail avec un lien afin de vous connecter par Zoom à cette conférence débat.

______________________________________________________________________

Une lettre du président

Chers adhérents, chers participants, chers collègues, chers amis.

Les activités de notre institut collégial ont dû s’interrompre en raison du confinement qui a été décrété quelques jours après la demi-journée du 12 mars, avec la belle conférence du Pr Houzel sur la fonction contenante et les passionnantes présentations cliniques de Cécile Jounieaux et de Charlotte Mariana. Il n’a pas été facile de bâtir notre programme à la rentrée de septembre, compte tenu des incertitudes persistantes sur la possibilité de se rassembler dans le cadre de soirées ou de journées thématiques. Nous avons convenu de remettre à janvier 2021 l’organisation de nos manifestations, mais nous avions cependant projeté de vous proposer le 17 décembre prochain, une conférence débat en visio-transmission animée par Mme le Professeur Silke Schauder sur le thème de l’art thérapie. Il se trouve qu’en raison d’un empêchement de Mme Schauder et des contraintes liées au « couvre-feu », nous devons nous résoudre à reporter cette soirée à des jours meilleurs. Nous reviendrons vers vous dès le début de l’année nouvelle pour vous informer des manifestations que nous espérons pouvoir organiser dans un contexte, qui risque de rester incertain pendant quelques mois. Merci pour l’intérêt que vous n’avez cessé de montrer pour les activités de notre institut collégial au nom duquel, je vous souhaite de joyeuse fêtes de fin d’année, avec naturellement toutes les précautions qui s’imposent par les temps qui courent.

A très bientôt
Très cordialement
Christian Mille                            Président de l’ICSMP

 

Dernière manifestation

 

Le jeudi 12 mars 2020 de 14h à 17h.
Amphi de l’I.F.S.I. du C.H.U. sud. Amiens Salouel.

Avec le Pr Didier Houzel
« Le concept de fonction contenante dans la clinique actuelle »

Demi journée d’étude avec des présentations cliniques et une conférence de Didier Houzel

Wilfred Bion a décrit la fonction contenante comme un mode de communication primitif entre mère et bébé, qui se retrouve dans les communications entre patient et thérapeutes. La description utilise une métaphore : bébé ou patient projettent un aspect d’eux-mêmes dans le psychisme de la mère ou du thérapeute ; ce qui est projeté doit être transformé pour être restitué sous une forme pensable. Quel est le processus sous-jacent à la métaphore ? Il suppose : une présence physique d’une durée suffisante pour permettre un échange profond entre les deux partenaires – une réceptivité du thérapeute à tous les messages émis par le patient – une capacité de rêverie qui transforme les éléments projetés en pensées douées d’une forme de stabilité qui vient se substituer aux turbulences émotionnelles.

Les notions d’enveloppe et de fonction contenante sont très actuelles et ne cessent de se déployer. Comment comprendre ce modèle, comment l’intérioriser pour en apprécier toute sa richesse notamment dans la clinique actuelle, face aux « nouvelles » pathologies des liens.

Lors de cette demi-journée nous allons avec Didier Houzel et deux présentations cliniques interroger ce concept alimenter cette réflexion.

Bibliographie : Didier Houzel : Le concepts d’enveloppe psychique. In Press 2010

  • Conférence de Didier HOUZEL :
    « La fonction contenante : Métaphore ou processus ? »

Présentations cliniques de :

+ Cécile Jounieaux : Fonction contenante de la formation à l’observation du nourrisson

+ Charlotte Mariana :  Co construction de la fonction contenante dans le travail à domicile

cliquer ici pour télécharger l’affiche :

 


 


 

– Vous avez changé d’adresse mail ?
– Vous avez des suggestions à formuler ?

 

… n’hésitez pas à contacter l’équipe ICSMP via le formulaire ci-contre
ou à l’adresse > contact@icsmp.fr